Grace au concours agricole La Chapelle, qui bat le record de la lenteur dans la reconstruction aura ses H.L.M.

Le Berry républicain 1962

Le Berry républicain 1962

Le 12 août prochain, le Concours agricole Cher-Nord aura lieu à La Chapelle-d’Angillon.
Un certain malaise était né à cette occasion, opposant la municipalité de M. Lureau, maire et conseiller général aux organisateurs du Comice.
En réalité, il ne s’agissait nullement d’une hostilité de la municipalité de La Chapelle à l’encontre du monde paysan.
Toujours est-il que récemment, onze conseillers sur douze, le maire en tête, décidaient de démissionner avant le 12 août. C’était sinon catastrophique, du moins fort désagréable bien que le concours agricole soit organisé non par la commune, mais par la C.G.A., en l’occurrence par M. Joseph Lelarge.

Les causes du malaise

D’où venait cette prise de position catégorique de la municipalité.
Nous sommes allés demander quelques renseignements à ce sujet au principal intéressé, M. Lureau, a mis, tout de suite, les choses au point ;
– Nous avions seulement voulu attirer l’attention des Pouvoirs publics sur la situation de la reconstruction dans notre commune. nous aurions tenu bon si nous n’avions pas obtenu satisfaction, c’est-à-dire l’assurance que les crédits nécessaires à la construction des 10 H.L.M. que nous réclamons depuis trois ans seraient enfin débloqués. Nous avons une promesse verbale depuis hier ; des adjudications ont été faites et les travaux vont pouvoir démarrer.

Depuis 22 ans dans les baraquements

Le 18 juin 1940, des avions allemands bombardaient La Chapelle-d’Angillon: 105 morts et 440 blessés, pour la plupart des militaires français. La ville était sinistrée à 30%.
Or, vingt-deux ans après, une dizaine de familles sont encore « logées » dans des baraques métalliques, maintenant rouillées, percées, sous le plancher branlant desquelles grouilles des hordes de rats.
Le comble, c’est que l’Armée ; qui louait ces taudis à La Chapelle, les réclame âprement aujourd’hui.
Depuis trois ans, M. Lureau s’est attaché à obtenir la construction de dix H.L.M.. Malheureusement, jusqu’à ce jour, les adjudications n’avaient pas été acceptées.
Grâce à l’initiative de sa municipalité, La Chapelle aura enfin de quoi reloger ses sinistrés.
Une subvention a donc été votée pour le Concours agricole, que l’on va maintenant préparer activement.
A ce sujet, d’ailleurs, M. Lureau nous a précisé qu’il avait – avant de savoir s’il aurait satisfaction – invité le Comité des fêtes (élargi pour la circonstance) à participer à la décoration de la ville, car il n’avait jamais eu l’intention de boycotter le Concours agricole dans ce sens.

Rédigé par

Christian Genete

Receveur P.T.T. à l'ancienne école de fille. "M. Christian Genete, s'est penché avec le souci et l'efficacité d'un historien, car il voulait savoir comment était mort, ce 18 juin 1940 à La Chapelle-d'Angillon, l'un de ses oncles."