72e Cie Hippomobile du Train 2e D.L.I.C (Division Légère d’Infanterie Coloniale)

Châteaubriant a écrit dans ses mémoires d’outre-tombe

« Les hommes disparus jeunes sont de vigoureux voyageurs ; ils font vite une route que les hommes moins forts achèvent à pas lents ».

En consultant les archives du bombardement, je suis tombé sur une correspondance du lieutenant Boissarie qui recherchait des membres de son unité tués à la Chapelle « Afin qu’un jour leurs familles puissent avoir la consolation de venir sur leur tombe » (Copie de sa correspondance adressée à la mairie le 12.02.1941. Annexe 1). Noble cause d’un grand homme et la suite va le démontrer.

Il va échapper à la mort à La Chapelle mais des hommes comme Monsieur Boissarie, une fois démobilisés, ne vont pas rester au coin du feu dans leur foyer.

Au hasard, en utilisant le minitel (Pas d’internet en 1988) J’ai trouvé un Mr Boissarie Maurice à Paris à qui j’ai téléphoné, c’était le neveu du Lieutenant Boissarie. Il n’avait pas d’informations sur son oncle lors de son passage à la Chapelle d’Angillon.  Cependant il m’a communiqué l’adresse de Monsieur Boissarie Georges Colonel en retraite et maire de St Pierre de Chignac en Dordogne, frère du Lieutenant Boissarie. (Copie de la correspondance que j’ai adressée à Monsieur Boissarie Georges jointe. Annexe 2)

Le colonel Boissarie Georges (décédé en 1990) m’a contacté. Il n’avait pas d’informations sur son frère concernant son passage à La Chapelle-d’Angillon. Il m’a expliqué qu’après sa démobilisation le lieutenant Boissarie a rejoint le Général de Gaulle en Angleterre. En 1943 il s’engage dans les commandos britanniques. Il sera parachuté à l’été 1944 pour organiser la résistance dans les Vosges. Il a été tué le 4 septembre 1944 par les allemands. (Voir CR de ce tragique événement trouvé sur internet depuis. Annexe 3)

A La Chapelle, sans doute sont passés des renégats, comme le mentionne Mr Chenuet dans son entretien mais aussi des hommes qui ont illuminé l’histoire et ces hommes comme le lieutenant Boisserie n’ont pas droit à l’oubli.

Napoléon dira du général Desaix « Les hommes de génie sont des météores destinés à brûler pour éclairer leur siècle ». Le voyage de Desaix s’est terminé à Marengo le 25 prairial de l’an VII. Il avait 31 ans.
Cette phrase de Napoléon pour Desaix s’applique aussi au Capitaine* Boissarie. Le voyage du Capitaine Boissarie s’est terminé à Raon-l’Etape le 4 septembre 1944. Il avait 30 ans. Son histoire est passée par la Chapelle-d’Angillon.

*Promotion

http://guerredesvosges.over-blog.com/article-la-ferme-de-viombois-70278431.html

Annexe 1 – Lettre du lieutenant Maurice Boissarie à la Mairie de La Chapelle-d’Angillon le 12 février 1941

Annexe 2 – Correspondance adressée à Monsieur Boissarie Georges

Annexe 3 – Le Maitron : Dictionnaire biographique des fusillés guillotinés, exécutés , massacrés 1940-1944 BOISSARIE Guy, Édouard, Maurice

Rédigé par

Christian Genete

Receveur P.T.T. à l'ancienne école de fille. "M. Christian Genete, s'est penché avec le souci et l'efficacité d'un historien, car il voulait savoir comment était mort, ce 18 juin 1940 à La Chapelle-d'Angillon, l'un de ses oncles."