La Chapelle-d’Angillon
Le 18 juin, les Stuka attaquent… c’était en 1940

La Nouvelle République du 16 juin 1990

Juin 1940, triste période, la débâcle pour les civils, al retraite pour les militaires. De Londres, un général adresse au pays son fameux appel. A La Chapelle-d’Angillon, c’est la pagaille ce 18 juin. Le village est une véritable fourmilière car il est devenu un point de convergence de ceux qui fuient les troupes allemandes : ils arrivent du Nord par la route de Gien et de l’Est par la route d’Auxerre…

Un chapellois (maintenant receveur P.T.T. à Nançay), M. Christian Genete, s’est penché sur cette période. Il voulait savoir comment était mort, ce 18 juin 1940, à La Chapelle-d’Angillon, l’un de ses oncles. Patiemment, avec méthode et obstination, Christian Genete a amassé une grande quantité de documents.
Le 18 juin 1940, les rues du bourg sont totalement embouteillées, le champ de foire regorge de véhicules, de réfugiés et de militaires. Soudain, des bombardiers allemands Stuka, venant de l’Est, attaquent en piqué avec un bruit de sirène effrayant. En quelques secondes, c’est l’apocalypse : le village est à feu et à sang. Il y aura 99 morts dont 53 civils.

A la mémoire de ces victimes, une stèle commémorative sera inaugurée sur la pointe du champ de foire, face à la salle des fêtes, lundi 18 juin, à 18 h, par le maire, entouré de son conseil municipal et la population chapelloise.
A la salle des fêtes, M. Christian Genete présentera une exposition sur ces événements. Il pourra également apporter une multitude de renseignements. Cette exposition fera l’objet d’une nouvelle présentation, lors des prochaines festivités du comice.

Rédigé par

Christian Genete

Receveur P.T.T. à l'ancienne école de fille. "M. Christian Genete, s'est penché avec le souci et l'efficacité d'un historien, car il voulait savoir comment était mort, ce 18 juin 1940 à La Chapelle-d'Angillon, l'un de ses oncles."