En 1848, lors de la Deuxième République, des arbres de la liberté sont plantés dans de nombreuses communes de France. Comme on peu lire dans cette estampe ci dessous : « Dans la capitale, dans toute les villes de la commune de France, des arbres de la liberté on été plantés aux acclamations générales de la population. Elles attestent, par cet acte et par ce symbole, la joie qui leur causait l’ère nouvelle de la liberté qui a brillé pour la France en Février 1848. Le peuplier fut adopté à Paris et dans beaucoup de localité, comme emblème de la régénération sociale.

« L’arbre de la liberté n’est autre chose que l’ancien « mai » que les paysans plantaient généralement à l’occasion des fêtes votives, tradition héritée sans doute des vieux cultes païens. Les premiers arbres de la liberté furent plantés dans le Périgord dès le mois de janvier 1790″

J. Godechot PUF 1951, p. 233.

Bibliographie

Erik Fechner, « L’arbre de la liberté : Objet, symbole, signe linguistique », Mots : Les langages du politique, vol. 15, no 1,‎ 1987, p. 23–42 (DOI 10.3406/mots.1987.1350).

Carte postale premier jour – Philatélie 1991

©Coll. Toudert

Musée de La Poste

En 1991, à l’occasion du bicentenaire de la révolution, la poste émet ce timbre sur l’arbre de la liberté.

Rédigé par

Maxime Audiot Sanchez

Un des élèves de l'école d'Alain-Fournier